Coopérateurs "frondeurs": la pétition toujours pas remise à Tereos (direction)

11/01/2019 16:22
La pétition demandant la révocation du conseil de surveillance de Tereos, lancée par des coopérateurs "frondeurs" qui contestent la stratégie de la direction, n'a toujours pas été remise à la direction, a indiqué vendredi le premier groupe sucrier français.
"Malgré de nombreuses demandes de dépôt de cette pétition et une rencontre avec l'ADCT (Association de défense des coopérateurs de Tereos) cette semaine, la pétition ne nous a, à ce jour, toujours pas été remise", a déclaré Tereos dans un communiqué.
"Depuis des semaines et malgré des demandes répétées, l'ADCT refuse de remettre sa pétition à Tereos", qui indique avoir proposé le 21 décembre "de garantir la confidentialité totale de l'identité des signataires dans le cadre d'une vérification contradictoire".
Selon la direction, les coopérateurs ont accepté une rencontre le 7 janvier, lors de laquelle étaient également présents l'avocat de l'ADCT et un huissier de justice.
"La pétition n'a cependant pas été remise lors de cette réunion et la vérification n'a pas pu commencer. De fait, l'ADCT a déclaré n'être en possession que de copies de formulaires de signature et de +quelques originaux+ et a dit vouloir que la vérification soit faite sur la base d'une liste de noms sur tableau Excel établie par elle-même", indique Tereos.
Le conseil de surveillance du 2e sucrier mondial, qui vit une grave crise de gouvernance depuis l'été dernier, a proposé vendredi "une procédure confidentielle et simplifiée de vérification de la pétition", afin de sortir de "l'incertitude qui lui nuit, alors que le secteur de la betterave européen traverse une crise aiguë", a déclaré le président du conseil de surveillance, François Leroux.
Tereos propose de faire réaliser "l'intégralité de la vérification par des huissiers en toute confidentialité, sans qu'aucun nom de signataire ou confirmation d'attestation ne soit communiqué ni à Tereos, ni à l'ADCT", et qu'après dépôt de la pétition aux huissiers, "une simple demande écrite d'attestation soit envoyée aux pétitionnaires", afin de vérifier qu'ils ont bien signé la pétition.
Les initiateurs de la pétition souhaitaient préserver l'anonymat des signataires.
"Que toutes les vérifications se fassent par huissiers, c'est bien. Mais qu'on envoie à chaque pétitionnaire une lettre pour leur demander si c'est réellement eux qui l'ont signée, ça, ce n'est pas possible", a réagi auprès de l'AFP Gérard Clay, un des initiateurs de cette pétition.
"Ca s'appelle une deuxième pétition et ça montre que Tereos a peur des urnes", a-t-il ajouté.
Les "frondeurs" de la coopérative, qui contestent sa stratégie sur fond de chute des cours du sucre, souhaitent une assemblée générale plénière le plus tôt possible, afin de révoquer le conseil de surveillance et son renouvellement par les urnes.
Leur pétition en ce sens, a obtenu selon eux la signature de plus de 2.500 des 12.000 planteurs de betteraves, ce qui ouvrirait la voie à une assemblée générale anticipée, selon les statuts de la coopérative.
ngu/soe/az

(© 2019 AFP Finance)
© 2019 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Cotations à la clôture (Francfort, New-York, Londres, Zurich).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière