UCB 68.960 € (-0,69 %)     AB INBEV 73.700 € (+0,37 %)     ONTEX GROUP 15.020 € (-0,86 %)     GREENYARD 3.380 € (-0,73 %)     IBA 15.370 € (-2,35 %)     WDP 138.400 € (-1,56 %)     COFINIMMO 113.600 € (-0,53 %)     AGFA-GEVAERT 3.766 € (+0,05 %)     PICANOL 68.800 € (0,00 %)     BEKAERT 20.980 € (-1,87 %)     LEASINVEST 102.500 € (+1,49 %)     TINC 11.850 € (-0,42 %)     ELIA 62.500 € (-1,11 %)     ECONOCOM GROUP 3.128 € (-1,88 %)     NYRSTAR 0.213 € (-0,47 %)     CELYAD 17.700 € (-1,99 %)     BPOST 8.716 € (-3,48 %)     MITHRA 24.600 € (-2,07 %)     TUBIZE-FIN 60.700 € (0,00 %)     VGP 73.400 € (-0,27 %)     LOTUS BAKERIES 2 290.000 € (-0,87 %)     KBC 59.660 € (-1,55 %)     UMICORE 26.630 € (-3,69 %)     ARGENX SE 115.900 € (-0,60 %)     SHURGARD 29.700 € (+0,68 %)     INTERVEST OFF-WARE 24.200 € (-1,43 %)     RETAIL ESTATES 83.100 € (-0,72 %)     OXURION 3.790 € (-0,52 %)     MELEXIS 62.200 € (-3,57 %)     GLOBAL GRAPHICS 4.070 € (+1,50 %)     CARE PROPERTY INV. 22.900 € (0,00 %)     EURONAV 8.390 € (-3,34 %)     CFE 81.300 € (-0,97 %)     IMMOBEL 59.200 € (-1,33 %)     BREDERODE 60.800 € (-0,98 %)     SIPEF 46.000 € (-1,08 %)     ORANGE BELGIUM 17.200 € (-3,48 %)     TESSENDERLO 29.350 € (-0,84 %)     TELENET GROUP 46.920 € (-0,80 %)     GIMV 53.100 € (-0,56 %)     FAGRON 18.160 € (+0,89 %)     DECEUNINCK 2.140 € (0,00 %)     CRESCENT 0.051 € (+0,40 %)     ACKERMANS V.HAAREN 134.700 € (-1,54 %)     SIOEN 23.900 € (-4,21 %)     MONTEA C.V.A. 77.600 € (-0,13 %)     EXMAR 5.850 € (-2,34 %)     KINEPOLIS GROUP 50.500 € (-0,20 %)     AGEAS 44.930 € (-1,04 %)     VAN DE VELDE 26.000 € (-2,07 %)     WERELDHAVE BELGIUM 81.000 € (-1,46 %)     QRF 13.800 € (0,00 %)     PROXIMUS 25.000 € (-2,69 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 21.600 € (-1,82 %)     BIOCARTIS 11.560 € (-1,87 %)     MDXHEALTH 1.330 € (-3,34 %)     AEDIFICA 81.200 € (-0,85 %)     CIE BOIS SAUVAGE 369.000 € (-0,81 %)     GBL 82.700 € (-1,50 %)     BARCO 161.200 € (-1,71 %)  
   AMG 22.890 € (-3,86 %)     DSM KON 99.880 € (-1,55 %)     TOTAL 47.390 € (-3,30 %)     CASINO GUICHARD 27.940 € (-6,40 %)     PHARNEXT 13.650 € (-10,49 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 28.060 € (-2,69 %)     ABIVAX 8.960 € (-3,14 %)     ROTHSCHILD & CO 27.700 € (+0,54 %)     PSB INDUSTRIES 27.800 € (-3,81 %)     AXA 22.155 € (-1,25 %)     VEOLIA ENVIRON. 20.090 € (-1,28 %)     SANOFI 74.900 € (0,00 %)     ORANGE 13.780 € (-0,65 %)     SAINT GOBAIN 33.125 € (-1,56 %)     AIRBUS 114.880 € (-2,83 %)     RENAULT 49.970 € (-1,92 %)     VALLOUREC 2.194 € (-5,10 %)     PEUGEOT 20.490 € (-1,82 %)     SCHNEIDER ELECTRIC 71.900 € (-1,67 %)     CREDIT AGRICOLE 10.675 € (-2,78 %)     VALEO 25.800 € (-3,12 %)     FLOW TRADERS 25.420 € (-2,90 %)     OENEO 10.120 € (-0,78 %)     ATARI 0.329 € (-1,91 %)     LVMH 334.000 € (-0,68 %)     KPN KON 2.680 € (-1,72 %)     KERING 491.200 € (-3,40 %)     NATIXIS 4.685 € (-3,20 %)     AKKA TECHNOLOGIES 57.200 € (-2,72 %)     SCOR SE 35.870 € (-2,47 %)     VOPAK 37.130 € (-2,49 %)     VIVENDI 23.570 € (-3,99 %)     ESSO 24.000 € (-3,23 %)     FFP 91.500 € (-3,28 %)     CARREFOUR 16.860 € (-1,17 %)     VOLKERWESSELS 16.480 € (-2,37 %)     BOUYGUES 31.700 € (-1,92 %)     SPIE 16.220 € (-4,42 %)     DERICHEBOURG 3.070 € (-12,24 %)     GUERBET 47.000 € (-1,36 %)     UBISOFT ENTERTAIN 70.020 € (-3,02 %)     INTERPARFUMS 41.850 € (-2,22 %)     CAPGEMINI 102.650 € (-3,80 %)     ACCELL GROUP 24.250 € (-2,41 %)     SUPERSONIC IMAGINE 1.188 € (-0,17 %)     ADYEN 708.200 € (-0,98 %)     TECHNIPFMC 19.650 € (-4,47 %)     CYBERGUN 0.108 € (-6,24 %)     BUREAU VERITAS 21.150 € (-1,26 %)     GAUSSIN 0.167 € (+0,18 %)     ARCELORMITTAL SA 14.010 € (-4,45 %)     SOITEC 75.400 € (-5,57 %)     FUGRO 7.598 € (-4,43 %)     ATEME 9.310 € (-1,27 %)     PUBLICIS GROUPE SA 49.650 € (-2,34 %)     SOPRA STERIA GROUP 104.100 € (-4,84 %)     ALTICE EUROPE N.V. 2.645 € (-5,20 %)     UNILEVER DR 54.090 € (-0,64 %)     ASM INTERNATIONAL 53.220 € (-2,71 %)     V LANSCHOT KEMPEN 22.200 € (-1,77 %)  

La Maison Blanche n'écarte pas l'éventualité d'un nouveau "shutdown"

10/02/2019 17:17
La Maison Blanche n'a pas écarté dimanche l'éventualité d'un nouveau "shutdown" si aucun accord n'était trouvé d'ici le 15 février avec les démocrates sur le financement du mur que le président républicain Donald Trump souhaite ériger à la frontière avec le Mexique.
"Le +shutdown+ du gouvernement est théoriquement toujours sur la table. Nous ne voulons pas en arriver là, mais cette option est toujours ouverte pour le président et le restera", a déclaré sur Fox News le secrétaire général de la Maison Blanche par intérim, Mick Mulvaney.
Un accord avait été trouvé le 25 janvier pour mettre fin à la paralysie partielle des administrations américaines après 35 jours de blocage, un record dans l'histoire des Etats-Unis.
Il prévoyait un financement des services fédéraux concernés jusqu'au 15 février, date à laquelle un nouveau "shutdown" pourrait donc débuter faute de consensus.
Le groupe d'élus des deux partis chargés de mener les négociations s'était dit optimiste vendredi sur les chances de parvenir à un compromis avant cette échéance.
Mais l'un des principaux négociateurs républicains, le sénateur Richard Shelby, a avancé dimanche sur Fox News que "les discussions (étaient) au point mort".
"J'espère que nous parviendrons à débloquer la situation (...) car l'horloge tourne", a-t-il prévenu.
Selon Donald Trump, les démocrates assis à la table des négociations "ne sont pas autorisés par leurs responsables à trouver un accord" et "veulent un +shutdown+".
"Ils ne proposent que très peu d'argent pour le mur dont nous avons désespérément besoin à la frontière", a-t-il tweeté dimanche.
Le président doit tenir lundi un meeting de campagne à El Paso (Texas), près de la frontière mexicaine, où une manifestation anti-mur est également prévue dans le même temps.
Son nouveau chef de cabinet par intérim, Mick Mulvaney, a par ailleurs brandi la menace d'un recours à une procédure d'urgence exceptionnelle pour débloquer les fonds nécessaires à la construction du mur.
"Nous prendrons autant d'argent que l'on pourra nous donner, et nous irons ensuite chercher l'argent ailleurs légalement afin de sécuriser cette frontière sud, mais ce sera construit, avec ou sans le Congrès", a-t-il affirmé.
Une loi de 1976, le "National Emergencies Act", autorise le président des Etats-Unis à invoquer une "urgence" nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires.
Mais alors qu'une telle manoeuvre ne manquerait pas de déclencher une féroce bataille politico-judiciaire, Donald Trump s'est gardé jusque-là de franchir le pas.

(© 2019 AFP Finance)
© 2019 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Cotations à la clôture (Francfort, New-York, Londres, Zurich).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière